juillet 4, 2024

28 min

Mises à jour de l'expédition

Bluejay Update : L’ultime traversée de l’Atlantique : New York – Terre-Neuve – Écosse

Blog 4 : De St John’s au centre de l’Atlantique

Alors que je suis assise dans le salon, dans mes Salopettes humides, que je sirote une tasse de thé fraîchement préparée et que je pianote sur mon ordinateur portable, les événements ne manquent pas autour de moi. La cuisine est une ruche d’activité, les restes du petit-déjeuner aux œufs brouillés sont en train d’être nettoyés et les préparatifs commencent déjà pour le rush de l’heure du déjeuner. L’odeur des oignons au-dessus de mon épaule gauche me fait pleurer, sans parler de Roland, qui avait méticuleusement coupé des oignons en dés pour douze personnes avant que je ne commence à écrire ce blog. Jack est assis en face de moi pendant qu’il recolle les semelles de ses bottes Dubarry, en utilisant une paire de taupes en guise d’étau. Stewart, à ma droite, est absorbé par son journal quotidien. Mais pas au point de ne pas pouvoir faire quelques jeux de mots sur l’actualité. Au fur et à mesure que la matinée avance, le saloon est de plus en plus fréquenté à l’approche de l’île Gull. Les cirés, les bottes et les gilets de sauvetage sont enfilés et la plupart des membres de l’équipage montent sur le pont pour apercevoir la pléthore d’oiseaux qui entourent le gréement. Des centaines de macareux, de goélands rieurs et de guillemots de Troïl encombrent le bord de la falaise, où ils pêchent, jouent et crient. Malheureusement, aucun moment ne peut rendre justice à un appareil photo.


Maintenant que j’ai planté le décor, j’espère que je vous ramènerai à l’endroit où nous nous sommes arrêtés la dernière fois, à savoir Louisbourg. Après avoir levé l’ancre à Louisbourg, il n’y a pas eu grand-chose à signaler ce jour-là, ce dont je me félicite aujourd’hui, car les jours suivants ont été riches en activités, et je ne peux pas faire plus que ce que j’ai à dire dans les pages qui suivent. Mardi, à 4 heures du matin, Simon m’a remis la montre. À mon insu, ce lever de soleil allait être l’un des plus beaux qu’il m’ait été donné de voir, et j’en ai connu quelques-uns. Le ciel commence à s’éclaircir et le vent se lève à 15 nœuds au large, ce qui est très appréciable après une longue nuit de navigation. Le quart C, également connu sous le nom de “Squaddies”, a hissé le Yankee one, affalé la grand-voile et navigué confortablement à 7 nœuds, parfaitement sur le cap. Au fil de la journée, le soleil s’est levé dans le ciel matinal, sans brouillard pour une fois, et je suis descendu à la cuisine pour préparer les haricots sur toast de la veille, une nouvelle expérience culinaire pour certains. Alors qu’il remue les haricots sur le réchaud à cardan, Jack crie dans la descente : ” WHALES ! J’ignore souvent ces appels, car nous observons souvent des animaux sauvages, mais il est rare qu’ils se concrétisent suffisamment pour que j’enfile mon gilet de sauvetage et que je monte sur le pont. Mais cette fois-ci, c’est différent. Après que Jack ait crié pour la troisième fois, je coupe le gaz et j’attrape mon gilet de sauvetage. Dès que j’ai sorti la tête de l’écoutille, j’ai aperçu la queue de la baleine à bosse. Alors que trois baleines à bosse semblaient danser autour du bateau, j’ai couru jusqu’à la proue, souvent le meilleur endroit pour repérer les créatures marines, et j’ai attendu quelques secondes. Alors que j’étais sur le point d’abandonner, une baleine à bosse géante a plongé de l’eau bleue profonde jusqu’à la proue, à un mètre de mon visage, alors que la proue plongeait dans une vague. Stupéfait par ce que je voyais, je me suis figé une seconde avant que ma pensée suivante ne se transforme en “cette chose va s’écraser sur le bateau”. J’ai tourné la tête vers le cockpit, prêt à demander à la barre de s’éloigner, quand la baleine a pivoté sans effort et s’est glissée sous la proue, comme si c’était ce qui était prévu depuis le début. Nous avons passé le reste de la matinée à valider nos observations à partir des photos du guide, complètement émerveillés par ce que nous venions de vivre.


Plus tard dans la journée, nous avons décidé de changer à nouveau de cap et de nous diriger vers Branch Cove au lieu de St Lawrence. En approchant de la baie, nous sommes passés devant le rocher des Oreilles de lièvre, légèrement subjectif à mes yeux. Nous avons tout de même accepté le concept et sommes arrivés à un mouillage isolé, du moins c’est ce que nous pensions. Quelques minutes plus tard, alors que je m’occupais de la chaîne d’ancre et de l’amortisseur, j’ai entendu un bourdonnement au-dessus de ma tête. La plupart des membres de l’équipage sont sortis du lit en titubant et se sont joints à moi dans la confusion quant à l’origine de ce bruit. En regardant le gréement, nous avons remarqué un drone qui volait si près du bateau qu’il aurait pu entrer à l’intérieur pour une visite. Un peu confus et quelque peu mécontents, nous avons salué le drone d’un signe de la main obligatoire alors qu’il tournait autour de Bluejay avant de retourner à Branch – un accueil étrange de la part de ce qui semblait être une petite ville déserte.


Nous étions motivés par notre besoin de lait et de pain frais et peut-être par notre désir profond de retrouver le propriétaire du drone, alors nous avons gonflé l’annexe et nous sommes allés à terre. Alors que nous faisions passer le canot pneumatique par l’entrée du port, nous avons été accueillis par ce qui ne pouvait être décrit que comme deux motocyclistes intimidants et légèrement menaçants. Au fur et à mesure que nous nous enfoncions dans le port, ils ont accéléré leurs moteurs. Ils ont suivi notre parcours sur la terre ferme et nous ont suivis sur l’eau. Quelque peu intimidés mais déterminés à obtenir le lait, nous avons amarré le canot pneumatique à côté d’un bateau de pêche et sommes descendus à terre. Deux minutes après notre arrivée sur le sol terre-neuvien, nous avons été accueillis par Chris, qui s’est avéré être le pilote du drone, et ses deux adorables filles – les menaçants pilotes de moto tout-terrain. Nous avons tout appris sur la petite ville de Branch ; cela n’a pas pris beaucoup de temps. Vingt-six enfants fréquentent l’école locale, un mini-marché vend plus d’alcool que de nourriture, et le seul endroit où l’on peut capter un signal téléphonique se trouve en haut de la colline, près de l’église. Au fil de la journée, nous avons été accueillis à bras ouverts et tous les habitants savaient qu’il y avait un nouveau bateau en ville. Certains nous ont même accueillis chez eux, nous offrant des douches chaudes et des gâteaux, ce que nous avons accepté avec plaisir. Nous avons terminé la soirée à bord par une tarte aux noix de pécan, une bouteille de shiraz et une projection de Master and Commander dans le salon.


Le lendemain matin, nous avons commencé la journée en levant les ancres et en nous dirigeant vers Trapassey, un étroit bras de mer sur la péninsule d’Av alon. Alors que nous sortions de la baie, j’ai rejoint Stewart et Jack sur le pont avant pour un cours de yoga improvisé par Debs. Bien que les gilets de sauvetage nous restreignent et que l’espace soit quelque peu compromis, cela ne nous a pas empêchés d’étirer nos membres endoloris et de rire. Nous nous sommes promis de poursuivre cette pratique, mais le pont avant n’a pas été tout à fait stable. Notre arrivée à Trapassey a été semblable à la plupart de celles que nous avons connues au Canada : brumeuse, légèrement humide, mais incroyablement accueillante. Après avoir passé l’après-midi à explorer et à déguster le gâteau au citron fait maison par Jack, nous nous sommes rendus au seul restaurant de la ville, l’Avalon Inn. Après avoir discuté avec les habitants, nous avons découvert qu’à peine vingt minutes plus loin se trouvait Saint Vincent Cove, un lieu de prédilection pour les baleines à cette époque de l’année. Au bout d’une heure, la serveuse a décidé de nous prêter ses clés de voiture pour que nous puissions aller voir les baleines le lendemain matin, à condition que l’un d’entre nous la ramène chez elle à la fin de son service le soir même. Une heure plus tard, enthousiasmée par la perspective de nous voir explorer leur ville, elle a décidé de nous accompagner en tant que guide touristique et de nous montrer les points forts de Trapassey. 6 heures du matin sont arrivées. Carole-Anne et sa belle-sœur étaient prêtes à nous accueillir tous les douze dans leur voiture. Les deux plus petites Debs et moi-même avons pris le coffre, qui offrait une belle vue panoramique, et les autres se sont glissés là où c’était nécessaire. Les heures suivantes ont été consacrées à l’observation des baleines sur la plage, à l’exploration de St Shotts et à la recherche de caribous sur les routes. Je ne peux pas dire assez de bien de la population de Trapassey.
Une fois le pont préparé, nous avons dit au revoir à nos nouveaux amis de Trapassey et nous nous sommes dirigés vers Fermeuse, à 50 km de la côte. Ce sera notre dernière nuit au mouillage avant de nous rendre à St John’s pour commencer les préparatifs de notre prochaine grande aventure : la traversée de l’Atlantique Nord.

Blog 3 : De Mahone Bay à Louisbourg, Nouvelle-Écosse

Bien que cela fasse près d’une semaine que nous avons levé l’ancre à Mahone Bay, j’aimerais reprendre là où j’ai laissé le dernier blog, en sirotant une bouteille de Merlot format voyage alors que le soleil se couchait sur le cockpit ; qu’y a-t-il de mieux ? Un flacon de taille normale, vous entendez ? Au fil de la soirée, les membres de l’équipage se séparent, certains se rendant au bar local. En revanche, les autres ont choisi de passer la soirée à bord, de lire, d’écouter de la musique et de tenir un journal. Le journal est une activité virale à bord de Bluejay. Un tel voyage vous donne le temps de réfléchir à vos pensées et à vos sentiments, ou, comme Stewart, votre profession de monteur et de scénariste vous oriente naturellement dans cette direction. Aux côtés de Stewart dans l’hébergement avancé, nous avons Matt, coordinateur de la construction ; en termes simples, il gère les décors dans le secteur de la télévision et du cinéma. Lesley, originaire du North Ayrshire, est ravie de partager son logement avec les deux stars de Los Angeles, qui peuvent désormais comprendre son accent.


Après avoir appris la couleur locale et dégusté quelques bières locales, j’ai ramené les quatre membres de l’équipage à terre à Bluejay. À notre retour, nous avons trouvé dans le salon une installation impressionnante pour diffuser le débat présidentiel de la soirée. Armé d’enthousiasme et de détermination, l’équipage avait soigneusement perché un iPad sur l’autocuiseur, qui a ensuite été placé au-dessus de notre plus haute casserole sur le canapé du salon. Branchés sur le haut-parleur Bluetooth, qui se balançait dans les filets à fruits au-dessus de nos têtes, nous nous sommes installés dans le salon pour suivre la discussion de la soirée, en dégustant cette fois le rhum Bluenose acheté à Lunenburg. Une boisson bien fraîche était nécessaire pour cette projection. Nous avons également porté un toast à notre plus jeune membre d’équipage, Jack, qui a reçu ce soir-là une série impressionnante de résultats d’examens pour sa première année à l’université de Southampton. Il étudie l’ingénierie marine, et nous espérons qu’il pourra nous concevoir un bateau rapidement si quelque chose devait arriver à celui-ci.


Nous avons passé la matinée suivante à explorer la petite ville de Mahone. Certains ont commencé par prendre un café au café local en observant les résidents dans leur vie quotidienne ; d’autres ont fait des promenades et des courses, se sont promenés dans les magasins et se sont assis dans les trois fameuses églises. Prêts à retourner sur l’eau, les navigateurs de la journée ont présenté à l’équipage le plan d’action, qui comprenait une section complexe de pilotage. Les eaux entre Mahone Bay et Chester ont été éprouvantes. Pourtant, avec une précision minutieuse, nous avons pu naviguer dans ce qui ressemblait à une arrière-cour de Nouvelle-Écosse, avec une forêt d’un vert magnifique et toutes les odeurs succulentes qui l’accompagnent. Avec seulement une petite voile et le vent sur le nez, nous avons décidé que c’était le moment idéal pour s’entraîner à virer de bord. L’équipage se relaie dans le cockpit tandis que nous tirons des bords pour contourner les îles. “Prêts à partir, à l’assaut, à l’assaut, à l’assaut”. À chaque virement de bord, les manœuvres devenaient de plus en plus délicates et nous souhaitions ardemment avoir quelqu’un contre qui courir, mais malheureusement, il n’y avait pas de volontaires. Après avoir choisi les maisons dans lesquelles nous résiderions si nous en avions les moyens, nous avons affalé nos voiles et jeté l’ancre dans le bassin de Chester. Une maison loin de la maison pour moi, un Cestrian.


A l’approche du samedi, alors que les prévisions s’amenuisaient, nous avons hissé la grand-voile à l’ancre. Nous avons ensuite navigué au moteur jusqu’à notre prochaine destination, Halifax. Halifax serait notre dernière étape en Nouvelle-Écosse, du moins c’est ce que nous pensions, avant de traverser vers Terre-Neuve. Après avoir remonté le bras nord-ouest en direction de Melville’s Island, en évitant les dériveurs, les skieurs nautiques et les bateaux à moteur, nous nous sommes amarrés au ponton de ravitaillement en carburant pour la soirée. Il a fallu beaucoup de travail pour le trouver, avec très peu de conseils utiles de la part du jeune garçon maussade qui s’occupait de la VHF de la marina. Une fois le bateau couché, l’équipage s’est dispersé pour la soirée, certains prenant le bus pour la ville tandis que les autres s’installaient au Armdale Yacht Club local. Nous avons commencé la soirée en dégustant les bières locales sur le toit-terrasse du club nautique. Alors que le reste de l’équipe arrivait au compte-gouttes de l’unique douche de la ville, nous avons commencé à explorer le menu local de fond en comble.


Avec pour objectif de quitter Halifax vers midi le dimanche, nous avions quelques tâches à accomplir au préalable : vérification du gréement, approvisionnement, remplissage des réservoirs de carburant et d’eau, et règlement de la facture avec l’équipage du navire, qui n’est pas très accueillant, mais qui n’est pas encore prêt à partir.
marina boy. Une fois que Marie, notre compatriote française, nous a fait descendre du ponton, nous sommes repartis sur le fleuve, cette fois en direction de Terre-Neuve. L’agréable brise de sud-ouest nous a permis de naviguer avec une grand-voile haute et un Yankee jusqu’à tard dans la soirée, en naviguant au grand largue à environ huit nœuds. Malheureusement, cette partie du voyage a également été prise en otage par quelques membres de l’équipage souffrant du mal de mer, bien que tous se soient repris le matin lorsque le vent est tombé et que l’état de la mer s’est par la suite amélioré. Lorsque le vent est tombé, nous avons téléchargé des prévisions actualisées et modifié les plans afin que l’équipage puisse passer une bonne nuit de repos et tirer le meilleur parti des vents à venir. En mettant le cap sur Louisbourg, à la pointe nord-est de la Nouvelle-Écosse, nous devions arriver plus tard dans la soirée. Lorsque le soleil a commencé à se coucher, le ciel s’est transformé en un tourbillon de teintes roses, les balises latérales formant une ombre à l’horizon. Équipés d’un ventre plein de crumble aux pommes et de crème anglaise, un plat dont j’avais envie depuis que j’avais quitté les Bahamas, nous avons exécuté ce que l’on pourrait considérer comme un manuel de pilotage de nuit. En entrant dans le petit chenal de Louisbourg à l’aide des marques de bâbord et de tribord, nous avons suivi les feux d’orientation, qui nous ont amenés à notre prochain point d’inflexion, une marque cardinale ouest en transit avec une marque à main bâbord. Nous avons jeté l’ancre vers dix heures ce soir-là, aspirant tous à une nuit de repos paisible en écoutant la pluie tapoter sur les écoutilles au-dessus de nos têtes.

Blog 2 De Nantucket à Mahone Bay, Nouvelle-Écosse

Les trois jours de traversée entre Nantucket et la Nouvelle-Écosse n’ont pas laissé beaucoup de temps, ni surtout beaucoup de surface stable, pour s’allonger dans le poste de navigation et réfléchir. Je suis donc de nouveau assis, cette fois-ci le brouillard s’est levé, le soleil brille et j’ai le ventre plein d’un bouillon insipide que j’ai acheté moi-même en pensant qu’il s’agissait d’une soupe de légumes d’hiver épaisse et savoureuse que l’équipage dévorerait lors d’une journée froide sur le pont. Bénissez-les d’avoir été si gracieux et de l’avoir mangé quand même – la plupart d’entre eux, en tout cas.


J’ai terminé le dernier blog en entrant dans un épais brouillard après avoir quitté Nantucket, notre dernière étape aux États-Unis. Fidèle à son habitude, la côte est de la Nouvelle-Écosse n’a pas manqué d’offrir une faune abondante, une mauvaise visibilité et des vents violents. 20nm au nord-est de Nantucket, et nous ne pouvions pas voir à plus de cent mètres de la proue. L’équipage de quart a utilisé tous les moyens à sa disposition pour nous permettre de naviguer en toute sécurité : radar, cornes de brume, AIS, VHF, et des yeux et des oreilles supplémentaires sur le pont. Chaque son provenant des panaches de brouillard et chaque cible sur le radar étaient examinés à la loupe pour en trouver la signification. Le bon côté de toute cette attention sur le pont, c’est que nous avons pu apercevoir des animaux sauvages que nous aurions pu manquer autrement : un requin et plusieurs baleines à quelques mètres du bateau, qui, espérons-le, ne sont que la partie émergée de l’iceberg de la faune et de la flore canadiennes. Au fur et à mesure que la soirée avance, nous nous installons dans notre système de veille, trois heures de travail et six heures de repos.
Le vent s’est levé le deuxième jour de notre voyage à travers le Golfe du Maine, comme nous l’avions prévu dans nos dernières prévisions téléchargées. L’état de la mer et la barre météo augmentant, l’équipage s’est rassemblé sur le pont pour réduire la toile, prendre un ris dans la grand-voile et remplacer le Yankee two par la trinquette. Alors que le bateau se stabilise, bien que la mer soit encore de deux mètres, Roger nous maintient sur la bonne voie, tandis que l’équipage peut prendre une pause et savourer une tasse de thé bien méritée. Au cours des deux dernières semaines, la préparation du thé à bord de Bluejay a été une courbe d’apprentissage, principalement pour nos compatriotes américains, et une grande source de divertissement pour moi-même, mais lorsque j’ai surpris un membre de l’équipage en train de mettre des sachets de thé directement dans la bouilloire pour les faire bouillir, j’ai su qu’il fallait prendre des mesures. Toutefois, le débat sur le nombre de sachets à mettre dans la théière n’est pas encore tranché.


Plus tard dans l’après-midi, j’ai installé le téléphone satellite pour télécharger le dernier fichier Grib envoyé par notre contact à terre au Royaume-Uni. Les prévisions météorologiques annonçant des rafales pouvant atteindre 37 nœuds, nous avons décidé de conserver notre plan de voilure actuel, à savoir une grand-voile et une trinquette entièrement prises au ris. Le brouillard incessant persiste le lendemain et dernier jour de notre traversée vers la Nouvelle-Écosse. Cette fois-ci, les vents violents ont été remplacés par de fortes pluies latérales. Alors que le radar indique des murs de pluie qui passent au-dessus de nous, l’équipage se réduit à quatre personnes sur le pont, avec de temps en temps une personne en bas qui crie par la trappe de la descente pour commander du thé et du café pour le pont et pour vérifier qu’il pleut toujours – je pense que c’est un truc britannique. A environ 60nm de notre destination initiale, Lunenberg, nous avons décidé de jeter l’ancre pour la soirée à Liverpool, à seulement 35nm au sud. Bien que fatigués et en grande partie humides, nous avions encore le moral au beau fixe lorsque nous avons jeté l’ancre dans la baie de Liverpool. Une fois le chauffage allumé, le dîner terminé et la guitare de Stewart sortie, l’équipage s’est retrouvé dans le salon confortable pour chanter un joyeux anniversaire à la bien-aimée Debs. Comme pour la plupart des aspects de la vie en bateau, il a fallu improviser pour le gâteau – un brownie maison garni de quartiers d’orange et de bonbons Reese’s au beurre de cacahuètes. Je pense qu’elle a apprécié ce caractère unique. Quelques chants et chansons plus tard, nous sommes allés nous coucher, profitant tous de la tranquillité de l’eau sous nos pieds.


Le lendemain matin, nous avons levé l’ancre et mis le cap sur Lunenburg, où nous allions passer quelques jours à nous imprégner de l’histoire de cette petite ville, ainsi qu’à nous doucher et à faire la lessive, bien sûr. Lorsque nous avons amarré Bluejay le long du ponton des visiteurs, les habitants, allongés sur leurs chaises longues aux couleurs vives le long du quai, nous ont jeté un coup d’œil. Nous avons tout de suite su que notre Bluejay de 60 pieds et l’équipage qui s’y trouvait allaient faire parler d’eux.


Les deux jours suivants, nous avons été accueillis à bras ouverts par les habitants de Lunenburg. Depuis le moment où nous sommes entrés dans le pays avec les douaniers, jusqu’au moment où le pêcheur local nous a conduits à la station-service pour remplir nos 250 litres de jerrycans, en passant par le moment où nos courses ont été ramenées au bateau, nous n’avons jamais manqué d’un coup de main dans cette charmante ville. Pour nous permettre d’en savoir plus sur la riche histoire de cette ville et sur la façon dont elle a été classée au patrimoine mondial de l’UNESCO, notre secrétaire social, Matt, a organisé une fabuleuse visite à pied. Nous avons découvert les premiers établissements de Lunenburg et comment ils sont passés de l’agriculture à la pêche, puis aux célèbres constructeurs navals responsables du tristement célèbre Bluenose et du Bluenose II, qui navigue encore aujourd’hui dans le port.

Le célèbre voilier de course Bluenose II


Le lendemain matin, c’est tout le contraire de la veille, avec du brouillard et de la pluie à partir du décalage, nous décidons de repousser notre départ à l’après-midi. Après plusieurs recommandations de locaux et d’autres marins, nous avons jeté notre dévolu sur la magnifique baie de Mahone, à seulement 20 km au nord. Le brouillard s’est dissipé lorsque nous avons terminé nos derniers approvisionnements, nos achats de souvenirs et nos envois de cartes postales. Bien que l’air soit encore vif, nous profitons de notre nouvelle visibilité en mer. Après quatre heures de navigation à travers les îles et les hauts-fonds de la côte, nous avons débarqué à Mahone Bay, où se trouvent les trois églises. Comme une horloge, l’équipage s’est rapidement rassemblé pour mettre le bateau au lit afin de se détendre et de profiter de la belle soirée qui s’annonce. Assis dans le cockpit, alors que le soleil descendait lentement derrière l’horizon, nous nous sommes régalés du repas maison qui nous attendait. Je me suis sentie malheureuse qu’il n’y ait pas de bouteille de vin rouge pour accompagner le repas, ce que l’équipage souhaitait depuis que les oignons avaient été sautés dans la poêle, et j’ai fait de mon mieux pour proposer une solution. Nous avons trouvé une bouteille miniature de Merlot, probablement un reste de mon dernier vol long-courrier, et nous l’avons fait circuler dans le cockpit, chacun prenant une gorgée, savourant le goût. Nous avons découvert plus tard qu’il y avait un bar à deux minutes de côtes du bateau. Cependant, notre soirée à bord avait quelque chose de légèrement plus romantique.

Blog 1 : De New York à Liverpool, Nouvelle-Écosse

Après avoir passé près de deux semaines à explorer les lumières de New York, Bluejay était prêt à larguer les amarres et à mettre le cap sur sa plus grande aventure de l’année : une expédition de six semaines le long de la côte est, vers la Nouvelle-Écosse, Terre-Neuve et, enfin, l’Écosse. Alors que je suis assis dans la station de navigation, écoutant le son de la corne de brume et le cliquetis des casseroles qui préparent avec amour le porridge du matin, j’ai le temps de réfléchir aux dix jours qui viennent de s’écouler depuis que j’ai dit adieu à l’impressionnante ligne d’horizon de Manhattan.


Le premier jour a vu l’arrivée de notre équipage éclectique – un mélange d’Américains, de Français, de Suisses, de Canadiens, d’Australiens, de Brésiliens et de Britanniques. J’ai toujours aimé avoir à bord un équipage d’origines diverses. Non seulement nous pouvons en apprendre davantage sur les différentes cultures et les différents modes de vie, mais, surtout, cela permet de faire vivre la galère avec des recettes du monde entier. Après avoir commencé par les présentations, à la fois du bateau et des uns et des autres, nous étions prêts à larguer les amarres et à remonter l’East River vers Long Island Sound. Bien que nous n’ayons pas pu naviguer en raison de l’étroitesse des eaux et de l’immensité du trafic, nous avons profité de ce qui ressemblait à une croisière sur un bateau fluvial à travers les quartiers de New York. Le soleil brillait dans un ciel d’un bleu éclatant et nous avons repéré des sites célèbres – la Statue de la Liberté, le pont de Brooklyn et l’Empire State Building, pour n’en citer que quelques-uns. Nous avons terminé notre journée en jetant l’ancre à Oyster Bay, à seulement 35 km de la ville, où les chefs du soir se sont familiarisés avec la cuisine.

Coucher de soleil, Port Jefferson

Nous avons profité au maximum de l’eau libre et de la légère brise. Les jours suivants, nous avons levé les voiles, tiré des bords, empanné et pratiqué des exercices MOB en remontant le Long Island Sound, nous arrêtant à Jefferson Harbour et à Montauk pour un repos bien mérité chaque soir. Alors que nous regardions le coucher de soleil orange lumineux depuis notre cockpit à Fort Pond, Montauk, la discussion de la soirée a débouché sur notre plan de route pour la semaine suivante. Comme il y avait tant à découvrir en Nouvelle-Angleterre et qu’une traversée de trois jours vers la Nouvelle-Écosse était prévue, nous avons opté pour Newport, Martha’s Vineyard, et deux jours à Nantucket avant de traverser vers Lunenburg, en Nouvelle-Écosse. Après avoir mis au lit les cartes, les carnets de route et les applications météorologiques, nous avons terminé la soirée avec notre musicien de bord, Stewart, qui a chanté et joué de sa guitare de voyage. Nous avons apprécié le chocolat suisse offert par Roland, notre coéquipier suisse.


Le lendemain matin, nous avons profité d’un agréable vent de sud-ouest, avec un ris dans la grand-voile et une voile d’avant Yankee Two, ce qui nous a permis de nous exercer à la navigation au portant. En nous relayant à la barre, en gréant les bloqueurs et en empannant, nous devenons peu à peu une machine bien huilée, en prévision de nos deux semaines de traversée au large où nous n’aurons que nous et notre fidèle Bluejay pour assurer notre sécurité. Le soir, nous sommes arrivés à Newport, dans le Rhode Island, où se déroule la tristement célèbre America’s Cup. Nous avons gonflé la côte et sommes allés à terre pour boire des bières, manger des glaces et prendre des douches – dans cet ordre pour la plupart d’entre nous. Les petites rues de Newport sont bordées de bars, de restaurants, de galeries d’art et de charmantes boutiques de souvenirs, dont nous avons profité après avoir passé quatre jours à flot.


Notre exploration de la Nouvelle-Angleterre s’est poursuivie le lendemain avec une navigation de 45 milles marins vers l’est, en direction de Vineyard Sound et du port de Martha’s Vineyard Haven. Après avoir décidé de dîner à bord et d’explorer l’île autour d’un somptueux petit-déjeuner américain le matin, l’équipage s’est couché tôt. Le lendemain matin, notre résident canadien et lève-tôt, Bill, a réveillé l’équipage avec l’odeur du café chaud qui flottait dans le bateau. Il n’a fallu que peu de temps pour comprendre pourquoi Martha’s Vineyard est un lieu de villégiature très prisé par de nombreux Américains. Avec leur air à la fois décontracté et riche, les rues ont permis à l’un de nos équipiers de décrire l’île comme “agressivement pittoresque”.


En gardant un œil sur la météo pour notre traversée vers le Canada, nous avons décidé de traverser le golfe du Maine jusqu’à la Nouvelle-Écosse le samedi matin, ce qui nous a donné deux jours pour explorer Nantucket et préparer le bateau. Une courte navigation de 30 milles nous a permis de quitter Martha’s Vineyard et de nous diriger vers l’est en direction de Nantucket. Une fois de plus, grâce à des vents importants, nous avons pu gagner du temps et entrer dans ce qui semblait être un champ de mines de bouées d’amarrage dans le port de Nantucket, la seule instruction du capitaine du port étant “dirigez-vous vers le bassin à bateaux et trouvez la bouée d’amarrage G5”. Nous avions tous les yeux sur le pont, passant méticuleusement au crible et lisant le nom de chaque bouée, tout en gardant un œil sur les bateaux opulents et bien polis qui nous entouraient pendant que nous naviguions dans les minuscules chenaux. Après avoir finalement amarré l’insaisissable bouée d’amarrage G5, nous nous sommes préparés à passer la soirée à terre. À ce stade, ceux qui portaient des parures, des pantalons longs et un tee-shirt propre ont opté pour la vedette du port pour venir les chercher ; ceux qui avaient moins de chance ou, peut-être, se souciaient moins des autres, ont opté pour un tour de côte essentiellement sec de ma part. Après quelques recherches effectuées par notre nouveau secrétaire social, Matt, nous avons dîné en équipe au restaurant Brotherhood of Thieves. Faute de pouvoir réserver une table pour douze personnes, nous nous sommes entassés dans un coin du bar. Après que la serveuse a cessé de s’excuser pour le manque d’espace, nous aurions probablement dû mentionner que notre salle à manger habituelle est trois fois plus petite. Le vendredi, il était prévu d’explorer tout ce que Nantucket avait à offrir, et il y a tant à découvrir. Excursions au musée de la pêche à la baleine, balades à vélo jusqu’à Brant Point et au phare de Sankaty, promenades le long des falaises, détente sur la plage de Cisco, flânerie dans les nombreuses boutiques et découverte de l’histoire de cette île pittoresque et unique en son genre.


Bien reposés et les jambes bien dégourdies, nous avons dû laisser derrière nous le G5 et Nantucket. Après les dernières provisions et vérifications du bateau, nous avons quitté le port avec Roger, notre navigateur du jour, qui nous a guidés hors des eaux peu profondes autour du nord-est de l’île et dans le golfe du Maine – en direction du Canada ! Les vents étaient légers, la mer était plate et la visibilité parfaite. Toutefois, ces conditions favorables n’ont pas duré longtemps. Les eaux chaudes du Gulf Stream qui pénètrent dans les hautes latitudes plus fraîches produisent souvent une couverture de brouillard, et cette fois-ci n’a pas fait exception. À peine 20 milles nautiques de notre voyage de 340 milles nautiques, la visibilité était inférieure à 100 mètres au large de la proue. Radar allumé, cornes de brume à portée de main et jumelles sorties, nous avons navigué dans le chenal, sautant de bouée en bouée et traversant le TTS jusqu’à ce que nous soyons en mesure de prendre notre cap, que nous garderons pendant les trois jours suivants – 060°.

La vie n’attend pas. Profitez-en!

Partez pour l’                aventure de votre vie

+44 20 3086 7245

Brochure gratuite